Contexte historique

-  Nous pourrions nous remonter jusqu’Atacapuerta –ce qui ne serait pas du tout incorrect- mais il suffit de jeter un coup d’œil sur le passé, vers la fin de la Deuxième Guerre mondiale, pour trouver une préoccupation explicite dans la ¨Charte des Nations Unies¨ visant à ¨maintenir la Paix et la Coopération entre les Nations¨ comme voie pour la construction d’un Ordre mondial plus humain.

-  Vu la situation des pays à la suite des processus de Décolonisation et d’Indépendance des Peuples et des Nations, il y a eu beaucoup de propositions et d’organisations, à tous les niveaux, -local, régional, national, sectoriel, gouvernemental, non gouvernemental, international…- qui disent se consacrer à la Coopération et au Développement… avec divers effets.

-  Depuis la déclaration par les Nations Unies de la Première Décennie du Développement (A.G.Sept.1961) jusqu’à nos jours, l’évolution (e in) des théories et des pratiques sur le Développement/Sous-développement et la Coopération, a été très complexe et le bilan global compte tenu les résultats, n’est pas très positif. Bien que ceci n’ait pas entravé la multiplication d’efforts, des propositions et des organisations, ainsi que le niveau de conscience face aux problèmes et de conscience éthique et politique à la recherche des solutions globales et locales favorisant les conditions pour le Développement.

-  Le mot ¨Développement¨ avec autonomie et sens propre -même s’il est encore à définir avec précision- ne se généralise que jusqu’à la fin des années 60 et la plupart du temps il est utilisé comme adjectif suivi d’autres mots plus forts qui essayent de le ¨substantiver¨ : économique, intégral, harmonieux, humain…

-  Les recherches sur le Développement –et son inséparable Sous-développement, ont constitué depuis lors, le centre des dites Sciences sociales ou humaines. Les théories du Développement ont beaucoup variées et elles ne sont toujours pas uniformes, ce qui ne contribue pas à son étude scientifique, éthique, technique et politique depuis toutes les perspectives et les disciplines du savoir et de la connaissance humaines. Ces différentes conceptions sont sous-jacente aux pratiques et aux politiques, évidement !, de la ¨Coopération ¨ (par excellence nous parlons de ¨Coopération¨ quand il s’agit de la Coopération au Développement des Peuples du Tiers Monde) -qui depuis Bandung a vu le jour et s’est auto-inclus comme alternatif au Premier et au Deuxième- et la stéréotypée AOD/APD de l’OCDE et son CAD.

-  Ce sont les années 90, avec les Conférences aux Sommets des Nations Unies (Jomtiem ’90, Río’92 ; Vienne’93, Le Caire’94, Copenhague’95, Beijing’95, Rome’96, Estambul’96, Kiotto’97..., plus au moins ¨achevées¨ -à la baisse- avec celui du Millenium et les successives ¨ recherches ¨ (?) pour rendre effective l’AOD et sa ¨nouvelle architecture¨ (Monterrey, Rome, Rabat, Paris, Accra...), ainsi que les Rapports sur le Développement Humain du PNUD, qu’ont provoqué un saut, voire qualitatif, qui nous a permis de savoir comment il faudrait construire le nouveau futur de l’Humanité accompagné d’un véritable Développement Humain avec une Durabilité économique, écologique et sociale et dans une profonde approche de genre égalisant les théories et les politiques concrètes… ; afin de matérialiser pleinement le Système intégré de Tous les Droits Humains pour tous les êtres humains. Mais manque l’arme : la volonté politique !

-  Par la croissante constatation/réponse/proposition antérieure, résultante et postérieure, c’est la Société civile à nouveau avec ses Réseaux thématiques et ses Forums Sociaux Mondiaux qui fait avancer la conscience critique et organisée des différents peuples et secteurs, autour d’un véritable Mouvement alternatif à la Mondialisation imposée par les forces directement liées au pouvoir économique international et au pouvoir politique des certaines puissances.

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |